Accueil du site
ACCUEIL
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Heurs et malheurs de Louis XVII, arrêt sur images

du 29/06/2018 au 01/10/2018 - Vizille

Catégorie : 2018
Organisateur : Domaine de Vizille - Musée de la Révolution française

Du 29 juin au 1er octobre 2018
Exposition temporaire
Heurs et malheurs de Louis XVII, arrêt sur images.

Mort en 1795, à l’âge de 10 ans, dans la prison du Temple, Louis XVII n’a jamais vraiment régné sur la France. Si la destinée tragique du fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette continue d’échauffer l’imagination des amateurs de mystères historiques, elle a surtout inspiré de très nombreux artistes en France et dans le reste du monde entre la fin du XVIIIe et le début du XXème siècle. Aux premières représentations royalistes, qui tentent d’occulter les conditions de détention du jeune prince, succèdent les portraits doloristes de l’enfant martyr, victime expiatoire de la folie politique des adultes.
Tout en restant un sujet privilégié de l’iconographie contre-révolutionnaire, le sujet inspire de nombreux peintres romantiques attirés avant tout par la dimension spectaculaire de ce huis-clos carcéral. Dans toute l’Europe, des artistes peignent, gravent et sculptent la captivité de Louis XVII, érigée en archétype pictural de l’innocence corrompue. Les débats qui accompagnent l’exposition contrariée du Capet lève-toi ! (1835) d’Émile Mascré, pièce maîtresse de cette production, témoignent de la puissance évocatrice de cette scène, que d’aucuns continuent de juger traumatisante.
Au moment du centenaire de la Révolution, en 1889, la représentation de Louis XVII en prison ne fait plus peur à la IIIème République et devient un lieu commun iconographique de l’histoire de France. Morceau de choix pour le grand-guignol, la scène devient un incontournable du musée Grévin, tandis que pièces de théâtre et films viennent animer les souffrances du jeune captif sous les yeux d’un public pour lequel ces images sont devenues très familières. Réunissant une cinquantaine d’œuvres, l’exposition entend revenir sur les différentes étapes de la constitution de cet archétype iconographique, des premières images produites sous la Révolution à l’entrée dans la culture de masse à l’aube du XXème siècle.

Musée de la Révolution française
Gratuit
Renseignements au 04 76 68 07 35

Description

Du 29 juin au 1er octobre 2018
Exposition temporaire
Heurs et malheurs de Louis XVII, arrêt sur images.

Mort en 1795, à l'âge de 10 ans, dans la prison du Temple, Louis XVII n'a jamais vraiment régné sur la France. Si la destinée tragique du fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette continue d'échauffer l'imagination des amateurs de mystères historiques, elle a surtout inspiré de très nombreux artistes en France et dans le reste du monde entre la fin du XVIIIe et le début du XXème siècle. Aux premières représentations royalistes, qui tentent d'occulter les conditions de détention du jeune prince, succèdent les portraits doloristes de l'enfant martyr, victime expiatoire de la folie politique des adultes.
Tout en restant un sujet privilégié de l'iconographie contre-révolutionnaire, le sujet inspire de nombreux peintres romantiques attirés avant tout par la dimension spectaculaire de ce huis-clos carcéral. Dans toute l'Europe, des artistes peignent, gravent et sculptent la captivité de Louis XVII, érigée en archétype pictural de l'innocence corrompue. Les débats qui accompagnent l'exposition contrariée du Capet lève-toi ! (1835) d'Émile Mascré, pièce maîtresse de cette production, témoignent de la puissance évocatrice de cette scène, que d'aucuns continuent de juger traumatisante.
Au moment du centenaire de la Révolution, en 1889, la représentation de Louis XVII en prison ne fait plus peur à la IIIème République et devient un lieu commun iconographique de l'histoire de France. Morceau de choix pour le grand-guignol, la scène devient un incontournable du musée Grévin, tandis que pièces de théâtre et films viennent animer les souffrances du jeune captif sous les yeux d'un public pour lequel ces images sont devenues très familières. Réunissant une cinquantaine d'œuvres, l'exposition entend revenir sur les différentes étapes de la constitution de cet archétype iconographique, des premières images produites sous la Révolution à l'entrée dans la culture de masse à l'aube du XXème siècle.

Musée de la Révolution française
Gratuit
Renseignements au 04 76 68 07 35

 

Partager cette page  

Suivez-nous !

logo facebook

logo twitter

Visite-rencontre