Accueil du site
ACCUEIL / LE MUSÉE / Retour aux sources...
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

LE MUSÉE

Retour aux sources...

Histoire de Saint-Laurent de Grenoble

1850-Manguin aquarelles du chevetEn 1803, Jacques-Joseph Champollion-Figeac, frère aîné de l'égyptologue, révèle au monde savant l'existence à Grenoble d'un monument souterrain d'époque mérovingienne. Un relevé de la crypte Saint-Oyand figure dans sa publication.

Prosper Mérimée, inspecteur des Monuments historiques, intervient pour faire classer la crypte.
Il effectue pas moins de cinq voyages à Grenoble. Tous ses voyages font l'objet d'un rapport.
La crypte Saint-Oyand est classée au titre des monuments historiques le 26 février 1850.
Elle fait partie des tous premiers monuments à avoir été classés monuments historiques en France.
Pierre Manguin, architecte, est chargé des travaux de restauration du monument sous le contrôle vigilant de Prosper Mérimée.
L'architecte réalise de nombreux dessins aquarellés de la crypte.

Historique en images

Partager cette page  

   Accueil |   | 

Retrouver

Le musée en 1858