Accueil du site
ACCUEIL / LES DÉCORS / Les peintures murales
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

LES DÉCORS

Les peintures murales

Antiquité tardive

Un des mausolées, conservé jusqu'à la naissance de la voûte est entièrement décoré de peintures murales représentant des faux marbres.
À la base de la voûte, on reconnaît des corniches de couleur noire peintes en trompe-l'œil et la voûte elle-même présente un décor de caissons hexagonaux bleu turquoise. Le négatif de la tombe primitive est bien visible le long du mur ouest, face à l'entrée.

Nous avons ici le seul exemplaire français de mausolée du IVe siècle décoré de peintures murales, aussi bien conservé.


    

Haut Moyen Âge

Canthare
La salle rectangulaire du grand mausolée construit au Ve siècle, reçoit au VIIe siècle un décor peint où l'on reconnaît un canthare, vase d'où s'échappent des rinceaux de feuillage très semblable au motif sculpté sur certains tailloirs de la crypte à la même époque.

Moyen Âge

L'intrados du porche du clocher montre une peinture d'une fraîcheur remarquable qui remonte au XIIIe siècle.

Le centre du bandeau présente deux panneaux séparés horizontalement par un cartouche noir encadré d'une ligne blanche, sur lequel on peut lire l'inscription ST MICHAEL.
Au-dessous, bien que partiellement dégagé, il est néanmoins possible d'identifier avec certitude une représentation de l'archange dont sont visibles les extrémités des ailes et l'auréole ocre jaune bordée d'un liseré noir comme les ailes.

XVIIIe siècle

Une partie des peintures murales de la nef au XVIIIe siècle est visible au sud.
Des roses blanches réalisées au pochoir figurent sur les bandes verticales roses.

XIXe siècle

La voûte du choeur est décorée d'une peinture réalisée par Morgari ou l'on voit le christ en majesté entouré des quatre évangélistes sous leurs formes allégoriques, (l’ange pour Saint Matthieu, l’aigle pour saint Jean, le taureau pour saint Luc et le lion pour saint Marc).