Accueil du site
ACCUEIL / L'ARCHITECTURE / La crypte Saint-Oyand (VIe - VIIe s.)
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

L'ARCHITECTURE

LES PHASES ARCHITECTURALES

La crypte Saint-Oyand (VIe - VIIe s.)

La crypte Saint-Oyand est contemporaine de la première phase de construction de l'église funéraire cruciforme (VIe siècle). A ce moment, elle n'est pas voûtée.

Le voûtement de l'édifice n'intervient que dans le courant du VIIe siècle et une colonnade est mise en place pour le soutenir. Elle présente un riche décor de colonnes de remploi, de chapiteaux et de tailloirs, qui constitue l'un des jalons de l'histoire de l'art pré-roman.
Les trois absides orientales ont en commun de posséder une fenêtre centrale et d'être décorées d'une voûte palmée décorée de stucs.

La colonnade comporte vingt colonnes, dont seize originales.
En calcaire, en brêche de Vimine, en conglomérat de Bourdeaux (deux carrières de Savoie) ou en marbre blanc, ce sont des remplois antiques.

Les chapiteaux et les tailloirs sont en calcaire grossier des Baux de Provence ou en marbre blanc. Colonnes et chapiteaux sont de tailles assez inégales.
L'ensemble est assemblé deux à deux, symétriquement de part et d'autre de l'axe, en faisant correspondre dimensions, nature du matériau et décor.

De style corinthien classique, les chapiteaux ont une facture qui annonce la période carolingienne : feuillages aux bords ondulés, rosettes des dés en haut relief et caulicoles courtes.
Les tailloirs sont extrêmement caractéristiques. Épais, ils présentent l'iconographie chrétienne traditionnelle aux VIIe et VIIIe siècles : croix, chrismes, agneaux, palmiers, colombes tenant dans leur bec épi de blé ou grappe de raisin, canthares d'où s'échappent des rinceaux de feuillage, animaux fantastiques.

Un seul chapiteau tranche par sa matière, ses dimensions, son ornementation : il appartient à la période suivante.